Le mouvement Rastafari veut plus de marijuana légale pour la liberté de culte

COLUMBUS, Ohio (AP) – Mosiyah Tafari a frappé du tambour et chanté des psaumes avec d’autres Rastafari dans une salle de bal où la fumée de l’encens se mélangeait à l’odeur parfumée de la marijuana – que sa foi considère comme sacrée.

La cérémonie à Columbus, Ohio a marqué le 91e anniversaire du couronnement de feu l’empereur éthiopien Haile Selassie I, que les Rastafari vénèrent comme leur sauveur. Pendant des heures, le groupe a joué de la musique traditionnelle Nyabinghi lors de leur jour saint le plus important.

“Le cannabis est quelque chose qui vous met en contact avec l’aspect spirituel de la vie dans le corps physique”, a déclaré Tafari, membre de la Rastafari Coalition basée à Columbus, qui a organisé l’événement.

A lire aussi : Position chrétienne sur l’usage du cannabis : que dit la Bible ?

“C’est important pour Rastafari parce que nous suivons les traditions des Écritures et nous voyons que le cannabis est bon.”

Pour Rastafari, fumer rituellement de la marijuana les rapproche du divin. Mais pendant des décennies, beaucoup ont été incarcérés à cause de leur consommation de cannabis. Alors que l’opinion publique et les politiques continuent de changer aux États-Unis et dans le monde vers la légalisation de la drogue à des fins médicales et récréatives, les Rastafari réclament un assouplissement plus large pour réduire la persécution et garantir la liberté de culte.

« Dans ce système, ils sont très concentrés sur « Oh, nous pouvons gagner beaucoup d’argent, nous pouvons vendre ces cartes médicinales, nous pouvons vendre cette ganja », mais qu’en est-il des personnes qui ont été persécutées ? Qu’en est-il des personnes qui ont été envoyées en prison, emprisonnées, voire tuées », a déclaré Ras Nyah, un producteur de musique des îles Vierges américaines et membre de la coalition Rastafari.

Lire la suite sur religionnews.com