Thaïlande – vers une légalisation complète du cannabis

Le cannabis a été retiré du code des stupéfiants de la Thaïlande la semaine dernière, ce qui devrait donner un nouvel élan à l’industrie florissante du pays.

Le premier pays en Asie du Sud à légaliser la marijuana à des fins médicales et de recherche en 2018, la Thaïlande est mis à desserrer ses lois du cannabis autour de plus loin car il avance vers la légalisation complète -avec des plans pour supprimer de la liste des stupéfiants interdit les fleurs et les bourgeons de la plante a annoncé la dernière la semaine.

“Ce que nous avons accompli jusqu’à présent, c’est de déclarer que les tiges, les racines, les feuilles et les brins de cannabis ne sont pas des drogues”, a déclaré le ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul, également vice-Premier ministre de Thaïlande, s’exprimant lors d’un événement agricole visant à promouvoir la culture de cannabis. 

« À partir de l’année prochaine, nous retirerons tout de la liste des stupéfiants – tiges, racines, brins, feuilles, bourgeons, fleurs et graines. » 

Le magnat devenu homme politique a déclaré un jour que la légalisation du cannabis serait « gagnant-gagnant » pour les Thaïlandais. Le pays est devenu le premier en Asie du Sud-Est à légaliser la drogue à des fins médicales et de recherche en 2018. À propos de cette dernière légalisation de l’utilisation et de la vente de fleurs et de bourgeons de cannabis, il a déclaré qu’il s’agissait d’une initiative qui aiderait les personnes durement touchées par la pandémie. 

A lire aussi : Le remède populaire psychoactif ‘kratom’ est légal culture, transformation et vente

“Lorsque l’économie reprend et que nous n’avons pas de nouveaux produits comme alternatives, les gens continueront à faire les mêmes choses et à se faire concurrence”, a-t-il déclaré.

“Mais si nous leur offrons un choix, ils peuvent apprendre à s’appuyer sur ce choix, en créant de nouveaux produits et modèles commerciaux, qui à leur tour accéléreront la reprise économique.”

Son nouveau code des stupéfiants, officiellement entré en vigueur le 9 décembre, ne répertorie plus le cannabis et le chanvre. Et dès l’année prochaine, les fleurs et les bourgeons de cannabis seront légaux à utiliser, à traiter et à vendre en dehors des milieux médicaux et de recherche. C’est une décision qui, selon Kitty Chopaka, entrepreneure en cannabis et défenseur de la légalisation basée à Bangkok, était « une décision économique avisée qui se faisait attendre depuis longtemps ».


Lire la suite sur vice.com